Stratégie Nationale de Lutte contre l’Endométriose : les annonces du gouvernement

, , ,

L’association ENDOmind, association de patientes créée en 2014 dans l’objectif de contribuer à l’amélioration de la connaissance et de la prise en charge de l’endométriose, a pris connaissance avec émotion de la communication réalisée ce jour par le Président de la République, Emmanuel MACRON et du rapport de proposition d’une stratégie nationale contre l’endométriose 2022-2025 du Dr Chrysoula ZACHAROPOULOU. 

Comme l’a si justement mentionné le Président Macron, pour des millions de femmes en France, ce sont des trajectoires personnelles et professionnelles qui sont altérées, des projets de vie qui sont impactés, ralentis. Même empêchés parfois.

L’association ENDOmind a mis un point d’honneur, depuis sa création en 2014, à se faire le relai de ces témoignages, de ce que l’endométriose impacte dans la vie de millions de femmes atteintes de cette maladie.

Elle a également déployé son énergie pour que ces femmes soient entendues et que la prise en charge de l’endométriose connaisse enfin des avancées significatives.

En effet, et comme nous le disions déjà en 2014 aux côtés de notre ambassadrice Imany “Ce n’est pas un problème de femmes. C’est un problème de société”. 

Dès le 11 Mars 2021, l’association a pris une part active dans la proposition qui a servi de base à l’élaboration de la Stratégie Nationale de lutte contre l’endométriose évoquée par le Président de la République et initiée par le Ministère des Solidarités et de la Santé. Au sein des 5 groupes de travail, nous nous sommes efforcées de porter avec conviction et détermination la voix des malades, et de défendre leurs intérêts, leurs attentes et leurs besoins, sans hésiter, quand cela s’est avéré nécessaire, à alerter le cabinet du Ministre qui a déclenché de nouvelles auditions. Nous saluons la mise en oeuvre de cette stratégie et le lancement prochain du comité de pilotage national qui guidera des travaux interministériels en vue d’améliorer en profondeur la prise en charge de cette maladie très fréquente (plus d’1 femme sur 10) et qui impacte considérablement tous les pans de la vie des personnes touchées.

En particulier, l’association souhaite souligner l’importance des mesures suivantes :

  • La recherche
  • Le développement des filières de soins
  • La formation des professionnels de santé
  • Sensibilisation, information et communication
  • Détection et diagnostic de l’endométriose
  • La reconnaissance de l’endométriose comme Affection de Longue Durée

 

LA RECHERCHE

Depuis sa création, ENDOmind s’est mobilisée pleinement pour agir en faveur de la Recherche sur l’endométriose afin de mettre en lumière les lacunes et les besoins colossaux dans ce domaine, dénonçant le manque de données, le faible nombre de projets et la quasi-absence de financements publics.

Ainsi en 2018 l’association a initié avec l’APHP l’ouverture du plus important projet de recherche prospective, ComPaRe Endométriose, qui compte aujourd’hui plus de 11000 participantes.

La même année, ENDOmind a créé l’ENDOrun, un événement sportif annuel d’ampleur dédié exclusivement à collecter des fonds pour la recherche sur l’endométriose (près de 100 000€ collectés en 4 éditions). 

Enfin, en janvier 2021, ENDOmind a créé la Fondation pour la Recherche sur l’Endométriose (FRE) sous l’égide de la Fondation pour la Recherche Médicale. C’est à ce jour le seul organisme exclusivement dédié au financement de la recherche pour l’endométriose, et il lancera d’ici le mois de mai son second appel à projets à destination des chercheurs.ses. Sa création a été saluée par le Ministre Olivier VERAN lors du lancement des travaux de la Stratégie Nationale en avril 2021.

Nous sommes ravies de voir le gouvernement s’impliquer enfin sur cette question cruciale et saluons les mesures qui ont été prises, en particulier la mise en réseau des chercheurs sur la maladie en France et la mise en place d’un incubateur pour faciliter le montage des projets de recherche.

Nous souhaitons néanmoins apporter un point d’attention sur l’importance pour cette stratégie de ne pas rester figée, mais à l’inverse de pouvoir s’ouvrir aux nombreuses innovations scientifiques et technologiques qui pourraient contribuer à une meilleure efficience des projets de recherche.

Pour atteindre le souhait émis par le président “de mettre la France à la pointe de la recherche sur cette maladie” il sera nécessaire d’allouer un budget à la hauteur de l’ambition.

 

LE DEVELOPPEMENT DES FILIERES DE SOINS

Début 2018, l’association insistait auprès du ministère sur la réponse très partielle que représente le modèle des Centres experts, reposant uniquement sur l’implication des professionnels très à la pointe mais à l’inverse, le besoin impératif de développer des Filières de Soins Endométriose, qui incluent l’ensemble des professionnels amenés à diagnostiquer et suivre des patientes atteintes d’endométriose dans l’ensemble des Régions de France. En effet, si les centres experts sont sans conteste nécessaires dans la prise en charge des formes d’endométriose très sévères qui nécessitent une chirurgie de pointe, ces formes représentent environ 20% des malades.

Nous rappelions alors que les patientes n’ont pas toutes le besoin ou la possibilité d’avoir une prise en charge au sein d’un hôpital, et que 80% d’entre elles ont des atteintes légères ou modérées, pour lesquelles un suivi régulier, une prise en charge adaptée de la douleur ou un accompagnement dans un parcours PMA sont nécessaires. Dans un souci  de prise en compte des enjeux de démocratie sanitaire, il nous apparaît donc indispensable que ces centres puissent travailler en liens étroits et s’appuyer sur un réseau de ville formé et qualifié (médecins généralistes, sages-femmes, gynécologues de ville, chirurgiens, radiologues etc…) de manière à réduire le délai de diagnostic et l’errance médicale et offrir un accès aux soins de proximité. 

Nous nous réjouissons que cette demande ait été entendue et que de tels réseaux ville-hôpital commencent à se mettre en place avec le soutien et l’appui des pouvoirs publics, et l’implication de tous les représentants des professionnels concernés. Les filières de soins endométriose répondant pleinement à l’ensemble de ces besoins, nous réitérons aujourd’hui notre souhait de les voir se développer sur l’ensemble du territoire national et notre volonté de nous impliquer dans ces instances, comme c’est déjà le cas à Paris, en région Auvergne Rhône Alpes, en Bretagne et en Nouvelle Aquitaine.

LA FORMATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ 

Depuis longtemps, nous sommes face à un manque cruel de professionnels suffisamment formés et en capacité de diagnostiquer et suivre le grand nombre de patientes touchées.

Ceci impacte considérablement les délais et la qualité de la prise en charge des malades qui sont en errance et doivent faire de nombreux déplacements pour accéder à une prise en charge correcte.

Cela a également un impact sur la santé des femmes dans un pays qui porte le souhait de placer cet enjeu au cœur de ses préoccupations sociétales et sanitaires.

L’association avait déjà pris le parti de créer un annuaire dédié à l’endométriose en partenariat avec la jeune entreprise MaPatho pour permettre aux malades d’identifier facilement des professionnels de proximité sensibilisés à la problématique. Cet annuaire démontre également une utilité pour les professionnels de santé qui ne savent pas forcément vers qui orienter leurs patientes quand ils sont eux-mêmes en difficultés dans leur pratique quotidienne.

Néanmoins, nous déplorons l’existence de véritables “zones blanches” dépourvues de professionnels, qu’ils soient de premier, de second ou de troisième recours et souhaitons une nouvelle fois insister sur l’impératif de formation.

Si nous saluons l’intégration de la thématique de l’endométriose dans le parcours des étudiants en médecine, il est essentiel que les professionnels déjà en activité puissent également se former.

De la même manière, il nous semble impératif d’aller encore plus loin que les mesures prises, notamment en :

  • Incitant plus fortement les professionnels à s’inscrire au MOOC Endométriose financé par le Ministère de la Santé et encore insuffisamment connu et pratiqué.
  • Faisant la promotion des filières de soins auprès des professionnels de premiers recours et en intégrant des médecins libéraux dans leur gouvernance
  • Incitant les Agences Régionales de Santé à avoir une démarche proactive de formation des professionnels à l’échelle Régionale (afin de toucher le maximum d’entre eux)

SENSIBILISATION, INFORMATION ET COMMUNICATION

L’information des publics, quels qu’ils soient, est essentielle pour permettre la réduction du délai de diagnostic et l’errance médicale. Ces dernières années, l’association a d’ailleurs très largement contribué à ce travail avec l’aide de son ambassadrice, la chanteuse Imany, que ce soit en participant à la mise en place de la 1ère campagne nationale d’information, l’accompagnement des médias pour la préparation d’articles, d’émissions de radio ou de TV, sa contribution à plusieurs ouvrages écrits à destination des professionnels de santé ou du grand public etc…

La stratégie nationale prévoit plusieurs actions de grande envergure qui permettront d’accroître l’information et sa diffusion, et pour lesquelles nous avons insisté sur la nécessité d’adapter le format et les messages selon l’âge du public ou s’il s’agit de professionnels. Ainsi une des premières actions sera une nouvelle campagne nationale et la mise en place de supports d’informations harmonisés. Il nous semble important que cette campagne soit largement diffusée et facilement accessible pour que la population globale puisse être interpellée à la fois par les symptômes de l’endométriose mais aussi par les conséquences de la maladie. 

Il nous semble également indispensable qu’un point d’attention soit notamment apporté aux adolescent.e.s pour lesquels un contenu, des messages et des outils de communication spécifiques devront être pensés et diffusés.

Nous déplorons le peu d’intérêt que les professionnels ont montré pour cette thématique mais nous avons malgré tout pu leur démontrer son importance, que ce soit entre autres pour améliorer la circulation des informations entre professionnels de santé, ou mieux adapter leur communication et le dialogue avec les malades.

L’association sera également très impliquée sur cette mission dans les années à venir, car elle représente ce trait d’union nécessaire entre les soignants et les malades. 

DÉTECTION ET DIAGNOSTIC DE L’ENDOMÉTRIOSE

Nous déplorons à ce jour le constat d’un délai moyen de diagnostic de l’endométriose qui ne parvient pas à passer sous la barre des 7 ans (voir 10 années, selon une étude ComPaRe Endométriose présentée en octobre 2021).

En tant que témoins des conséquences que cela implique sur les parcours de vie de nombreuses personnes (les femmes atteintes mais également leurs proches) il nous a semblé indispensable d’apporter notre regard, notre expertise et notre vécu sur un certain nombre de points qui ont pu faire débat au sein du groupe de travail et qui nous semblaient cruciaux.

Nous sommes heureuses de constater que nos sollicitations répétées concernant le diagnostic précoce et l’information nécessaires des adolescentes ont été prises en compte dans les mesures.

En particulier, nous attachons une attention particulière à la conduite à tenir lors de la consultation d’annonce, étape souvent très mal vécue par les patientes et pour lesquelles nous sommes convaincues que des protocoles peuvent être pensés, dans l’intérêt de tous, professionnels de santé comme malades. 

LA RECONNAISSANCE DE L’ENDOMÉTRIOSE COMME AFFECTION DE LONGUE DURÉE

Malgré son caractère chronique décrit sur tous les sites de référence (HAS, Ameli ou encore Ministère des Solidarités et de la Santé), malgré le nombre très important de personnes concernées et l’ensemble des conséquences sur leur vie, de couple, familiale, sociale ou professionnelle ou leurs finances, l’endométriose n’est pas reconnue comme une maladie invalidante en France et ne fait pas partie de la liste des Affections de Longue Durée ALD30, qui ouvre droit notamment à une meilleure prise en charge financière des soins et des arrêts maladies, ou à des possibilités d’aménagements au travail. A défaut, les malades ont la possibilité de faire une demande de reconnaissance en “ALD31 hors liste”, sur constitution d’un dossier administratif étudié au cas par cas, sans harmonisation de critères et de manière très différente selon la région de la demande, ou du médecin conseil, ce qui constitue une inégalité d’accès au soin et une injustice pour les malades.

Depuis bientôt 2 ans, l’association mène auprès des décideurs politiques une campagne visant à demander l’intégration de l’endométriose dans la liste des ALD30 pour plus de justice et d’équité. 

Cette demande, qui a aussi fait l’objet d’un vœu formulé et adopté à l’unanimité lors du Conseil de Paris du 11 mars 2021 est soutenue par plus de 300 parlementaires de tous bords qui ont interpellé le gouvernement à plusieurs reprises. Cette semaine, c’est le groupe parlementaire La France Insoumise qui présentera une proposition de résolution en ce sens le jeudi 13 janvier à l’Assemblée Nationale, demande soutenue selon un sondage Harris Interactive par 91% des français.

Si la Stratégie Nationale n’intègre pas l’endométriose dans la liste des ALD30, elle prévoit néanmoins une amélioration de l’accès à l’ALD31 hors liste par le biais de la formation des médecins, de critères harmonisés, d’information auprès des professionnels et des malades.
Nous considérons cette mesure comme insuffisante, mais nous ferons le nécessaire pour que les malades aient connaissance de ce dispositif d’ALD31. Nous insistons pour qu’un bilan soit fait dans quelques mois afin d’évaluer son efficacité réelle.

CREATION D’UN COMITE DE SUIVI POUR LA MISE EN PLACE DE LA STRATÉGIE NATIONALE

La publication du plan national constitue un espoir considérable de voir progresser la prise en charge de l’endométriose à grande échelle.  Plus que jamais, les attentes et besoins des malades sont nombreux et les travaux à mener sont considérables.

L’association ENDOmind a insisté dans chacun des groupes de travail sur la nécessité de créer un comité de suivi de la mise en place de la stratégie nationale pour s’assurer de sa mise en œuvre quels que soient les éventuels changements au sein du gouvernement.

Nous nous réjouissons que ce Comité de pilotage national soit prochainement placé auprès du Ministère des Solidarités et de la Santé.

Nous souhaitons ici attirer l’attention sur l’importance que ce dernier intègre des professionnels de santé dans un schéma élargi ainsi que les représentants des associations nationales de malades.

CONCLUSION :

L’association ENDOmind, particulièrement impliquée auprès des instances depuis quelques années, se réjouit de l’avancée sans précédent que représente cette Stratégie Nationale de lutte contre l’endométriose. Elle représente la feuille de route d’un travail considérable auquel prendront part plusieurs ministères, l’ensemble des professionnels de santé et les associations de malades.

Pour l’association, l’annonce de cette stratégie représente la concrétisation d’années de travail acharné pour faire entendre les voix des malades que nous représentons, mais aussi de mois intenses de travail collaboratif au cours desquels nous nous sommes mobilisées pour que cette stratégie ne dévie pas de son objectif prioritaire d’aider des millions de personnes concernées par cette maladie. Nous serons tout aussi mobilisé.e.s pour assurer sa mise en œuvre et pour réclamer les ajustements qui seraient nécessaires.

Nous serons néanmoins vigilantes à ce que des indicateurs de progrès précis, et que les moyens adéquats soient alloués à l’ensemble de ces mesures ambitieuses. Nous attendons de connaître le budget qui sera alloué à ce plan. 

Elle représente également et en premier lieu, pour les malades la reconnaissance espérée depuis trop longtemps de leur situation et leurs difficultés, la prise en compte de leurs besoins et de leurs attentes légitimes. Gageons qu’elle permette d’alléger le quotidien des malades mais aussi d’épargner aux prochaines générations la rudesse de parcours de soins chaotiques et douloureux tels que nous en recevons chaque jour les témoignages.

 

CONSULTER LE RAPPORT DE STRATEGIE NATIONALE

Courons encore plus loin en 2022 avec l’ENDOrun !

Evénement d’ampleur désormais incontournable dans les actions en faveur de...

Conférence du 15 novembre 2022 : "Les patientes au cœur de la Recherche sur l'endométriose"

En février dernier, le président Emmanuel Macron annonçait la mise...