Mise en place d’un plan d’action national sur l’endométriose

, , ,

 

Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, avec Emeline Bréant, Vice-présidente de l’association ENDOmind

C’est à l’occasion de la journée internationale des Droits des Femmes qu’Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé a souhaité annoncer une série de mesures qui seront mise en place autour de l’endométriose dès 2019.

Après avoir participé à la mise à jour des recommandations de bonne pratique dans la prise en charge de l’endométriose avec la Haute Autorité de Santé et le Collège National des Gynécologues de France, notre association avait eu l’occasion de rencontrer à 2 reprises en 2018 la Direction Générale de l’Offre des Soins en 2018 afin d’échanger sur les difficultés rencontrées actuellement par les femmes en attente de diagnostic, mais aussi par les patientes déjà diagnostiquées. Nous avions pu ainsi mettre en avant certains besoins urgents, que ce soit en matière d’information, de sensibilisation, de formation des professionnels de santé, d’organisation de la prise en charge de la maladie sur l’ensemble du territoire (lire ici notre communiqué sur la question des centres experts), ou encore sur la recherche.

Cet après-midi, Madame la Ministre s’est rendue à l’Hôpital St Joseph, avec qui nous travaillons depuis plusieurs années, afin de voir sur le terrain comment le centre endométriose et son réseau Resendo sont organisés. Après un temps d’échange avec l’équipe médicale, elle a rencontré les différentes parties prenantes des actions et travaux menés depuis quelques années.
Notre association, représentée par sa vice-présidente Emeline Bréant, était présente pour l’occasion et à pu participer aux échanges avec la ministre avant que cette dernière annonce la mise en place d’un plan national qui se décline par :

  • Une recherche des signes d’endométriose dès l’adolescence : « Nous avons mis en place des consultations obligatoires entre 11 et 13 ans et entre 15 et 17 ans, et je ferai en sorte qu’au moment de ces consultations des questions soient posées aux petites par les professionnels pour essayer d’identifier et de dépister cette maladie », avait expliqué Agnès Buzyn dans la matinée à France Info
  • La mise en place de « filières endométriose » dans toutes les régions de France d’ici la fin 2019 : « Des filières dédiées à l’endométriose doivent aussi voir le jour afin « que les femmes sachent vers qui se tourner, afin qu’elles soient mieux accompagnées, pour la prise en charge de la  douleur, pour la préservation de la fertilité, avec des professionnels qui sont plus spécialisés dans la prise en charge de cette maladie ». Elles regrouperont l’ensemble des professionnels (médecins généralistes, gynécologues, chirurgiens, sages-femmes, psychologues, etc.) et associations de patientes, et seront mises en place par chaque région après que leur « contour » soit définit « d’ici l’été » par un groupe de travail national coordonné par le ministère de la Santé » (LCI)
  • Un renforcement de la formation des professionnels : La ministre de la Santé entend également renforcer la formation initiale et continue des professionnels de santé concernés, afin qu’ils sachent repérer les « signes d’alerte » et connaissent mieux « la prise en charge de premier recours ». « Elle a également demandé à l’Inserm « de renforcer la communication scientifique (…) vers la communauté des professionnels et chercheurs pour valoriser la recherche dans ce domaine. » (LCI)

Nous nous réjouissons que le travail de l’association et de l’ensemble des acteurs engagés dans des actions de sensibilisation et d’amélioration de la prise en charge de l’endométriose ait été pris en considération et que des mesures concrètes soient enfin prises.
Nous avons bien conscience qu’elles ne répondent pas encore à toutes les attentes des malades, mais elles marquent une grande avancée et un encouragement dans nos actions.

Notre association a eu l’opportunité d’aborder avec elle d’autres aspects qui nécessitent aussi sont attention, comme les difficultés actuelles avec les traitements dont certains ont fait l’objet d’alertes, ou encore le besoin d’homogénéiser la prise en charge financière, et nous restons mobilisés sur ces points.

Nous remercions infiniment Madame la Ministre, ainsi que la Direction Générale de l’Offre des Soins pour leur écoute et leur implication sur le sujet de l’endométriose.

Lire le communiqué de presse du ministère190308_-_communique_de_presse_-_endometriose

 

 

Création du 1er annuaire dédié à l'endométriose

Après avoir créé et mis en ligne sur son site...

L'association ENDOmind reçue au Ministère des Solidarités et de la Santé

Vendredi 08 mars, à l'occasion de la Journée Internationale des...