L’ANSM informe sur les riques de méningiomes liés à la prise de LUTERAN & LUTENYL

, ,

INFO LUTERAN & LUTENYL

Notre association étant très attentive à la question des traitements et de leurs effets secondaires, nous avons récemment eu des échanges avec la Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM).
L’ANSM nous a contactés hier pour nous faire part des résultats de l’étude menée récemment sur le LUTERAN (acétate de chlormadinone), LUTENYL (acétate de nomégestrol) et leurs génériques et nous a confirmé que comme l’ANDROCUR, ces 2 progestatifs comportent des risques de survenue de méningiomes, risques plus ou moins élevés en fonction du dosage et de la durée de prescription.
Vous pourrez retrouver tous les détails de cette information dans la publication de l’ANSM.

Concrètement, le méningiome est souvent bénin, il peut être “silencieux” et ne donner aucun signe vraiment parlant. Mais dès que des maux de tête diffus, une fatigue ou des symptômes évocateurs s’installent, il convient d’en parler avec son médecin qui fera des examens de contrôle (source Association AMAVEA)

A ce stade, la commercialisation de ces traitements est maintenue et les recommandations préliminaires de l’ANSM à l’attention des professionnels de santé et des patientes face aux résultats de cette étude sont :

Pour les patientes

Le méningiome est une tumeur, le plus souvent bénigne, qui se développe à partir des membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière (les méninges).

  • Si vous êtes actuellement traitée par acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) ou acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques), nous vous invitons à consulter votre médecin pour discuter de votre prise en charge
  • Si vous avez plus de 35 ans et que vous êtes traitée par acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) ou acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) depuis plus de 5 ans, votremédecin pourra vous proposer de réaliser une imagerie cérébrale (IRM)
  • Si vous êtes, ou avez été, traitée par acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) ou acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) et que vous avez des symptômes évocateurs d’un méningiome (maux de tête fréquents, troubles de vision, du langage ou de l’audition, vertiges,troubles de la mémoire…), consultez votre médecin qui vous prescrira une imagerie cérébrale (IRM) 
  • Si vous avez des interrogations, parlez-en avec votre médecin.

Pour les professionnels de santé

A l’aune des résultats de l’étude épidémiologique et des recommandations préliminaires du comité scientifique, nous invitons les professionnels de santé à :

  •  Réévaluer la pertinence d’un traitement par acétate de nomégestrol ou acétate de chlormadinone en tenant compte du bénéfice-risque individuel 
  • Limiter la durée d’utilisation de ces médicaments ainsi que leurs posologies aux doses minimales efficaces (effet dose cumulée) 
  • Ne pas substituer les macroprogestatifs entre eux (acétate de nomégestrol, acétate de chlormadinone et acétate de cyprotérone) en cas de méningiome ou d’antécédent de méningiome  
  • Faire réaliser une IRM cérébrale en cas de symptômes évocateurs d’un méningiome ;
  • Proposer aux femmes de plus de 35 ans en cas de traitement prolongé (à partir de 5 ans), une imagerie cérébrale par IRM.
  • Informer leurs patientes du risque de méningiome ;

 
Pour mémoire, l’acétate de nomégestrol, l’acétate de chlormadinone et l’acétate de cyprotérone sont contre-indiqués en cas de méningiomes ou d’antécédent de méningiome. D’autre part toute identification d’un méningiome en cours d’utilisation de l’un de ces médicaments doit conduire à interrompre le traitement.

Depuis plusieurs mois, ENDOmind travaille en étroite collaboration avec AMAVEA (Association Méningiomes dus aux médicaments et aide aux victimes), n’hésitez pas à vous rapprocher d’elle si vous avez des questions ou si vous avez besoin d’être orienté.e.

Ce message de l’ANSM sera suivi de la mise en place d’un groupe de travail dans lequel nous serons invitées à nous exprimer et à débattre, ce que nous ne manquerons pas de faire bien évidemment devant la grande difficulté que les personnes atteintes d’endométriose peuvent rencontrer pour avoir une prise en charge efficace et sans risques !

L’assemblée Nationale dépose une proposition de résolution visant à acter la reconnaissance institutionnelle de l’endométriose

Depuis plusieurs mois, l’association ENDOmind, accompagnée de l'agence Com'Publics, est...